French Riviera

DSC_0699_2

Pour se restaurer :

Chez Jo, plage du Layet – Cavalière : c’est une adresse d’initiés – on murmure que ce serait la meilleure bouillabaisse de toute la côte… Mais pour y goûter, il faut prévenir la veille pour que Jo vous la prépare le lendemain midi avec les poissons pêchés le matin même. Pour y accéder, vous emprunterez un sentier qui sillonne dans la garrigue pour descendre jusqu’à la crique du Layet. Le restaurant n’est qu’une paillotte au bord de l’eau – vous déjeunerez sur un ponton, dans un cadre à couper le souffle, avec un service simple, familial, accueillant. Précisons toutefois que la plage du Layet est partiellement naturiste, ce qui peut donner lieu à des situations quelques peu cocasses. (tarif de la bouillabaisse faite à la commande : 60/pers.)

Le Pescadou – Gassin : dans l’un de ces plus beaux villages de France, perchés sur une colline des Maures, dominant à la fois le Golfe de Saint-Tropez et la Baie de Cavalaire, on pourrait penser que le panorama se suffit à lui-même. Mais une table sous la treille du Pescadou, c’est bien plus qu’une vue panoramique. La carte est fraîche, les produits de provenance locale, et les saveurs au rendez-vous.

– La Maison du Poulet – rue du Port, Cavalaire s/ Mer (à emporter) : tant que vous n’aurez pas goûté au poulet rôti de Lionnel, vous ne saurez pas ce que « poulet à la broche » signifie. Ici, vous avez le choix entre des petits poulets ou des poulets fermiers – tous en provenance du Gers. Ce qui fait leur différence : les petits légumes qui mijotent en dessous et dont Lionnel arrose ses volailles pendant qu’elles rôtissent. Incomparable.

Pour une pause : 

– L’incontournable Sénéquier – sur le port de Saint-Tropez : je ne saurais que vous recommander de ne pas y mettre un orteil en été, mais l’endroit est délicieux au printemps ou à l’automne. Les sièges de cinéma rouges dans lesquels on pourrait se laisser à rêver des heures et leur spécialité de chocolat frappé suffisent d’excuses pour s’y arrêter un moment.

Le Bellevue – Bormes les Mimosas : comme son nom l’indique… Après une promenade dans les ruelles escarpées du village qui ressemble à un condensé de Provence, offrez-vous un rafraîchissement ou une glace sur cette terrasse. Vous verrez jusqu’aux îles d’Or si le ciel est clair, il y souffle toujours une agréable brise, et il semblerait presque que le temps s’y prélasse.

Le Caffè Pellassy – avenue des Alliés, Cavalaire s/ Mer : a priori, rien de spécial pour ce café, au coeur d’une station balnéaire familiale mais au charme très relatif, si ce n’est sa terrasse sous les palmiers… et sa carte de thés glacés !

Pour la gourmandise : 

Gérard Bonneton – avenue Lyautey, Cavalaire s/ Mer : le patron est Suisse et il a importé de son pays l’art du chocolat, décliné ici sur une spécialité qui aura marqué toute mon enfance (et s’affirme comme une étape essentielle d’un séjour au bord de la mer), la tartelette au chocolat. Mais pas n’importe laquelle. Ici, la ganache est posée sur une pâte sablée assez épaisse, et trouve un équilibre totalement inégalé – je pourrais en parler comme Ragueneau fait l’éloge de ses tartelettes amandines. (1,90€ la tartelette…)

Maison Léone – avenue des Alliés, Cavalaire s/ Mer : bien sûr, c’est une boulangerie ; évidemment, vous y trouverez tous les grands classiques mais… Léone a un secret. La maison fabrique les meilleures meringues du monde. Et n’y voyez là aucune espèce d’exagération, je ne suis pas la seule à le dire.

Barbarac – rue du Général Allard, Saint-Tropez : le glacier tropézien qu’on ne présente plus. La production est évidemment artisanale, les parfums plutôt classiques et la glace au yaourt n’a pas sa pareille.

La Pointe du Diable, Château Malherbe – Bregançon / Cabasson, Bormes-les-Mimosas : il y a deux cuvées produites par ce domaine. La première (ma préférée), la Pointe du Diable, évoque les caprices de la Méditerranées auxquels sont exposées les parcelles qui lui sont dédiées. Du fait de cette exposition aux embruns, les vins (rouges, blancs et rosés) développent une note iodée très originale, une fraîcheur et des arômes complexes. La cuvée Malherbe – excellente – est quant à elle beaucoup plus classique, mais s’inscrit cependant dans mon panthéon personnel des vins de Provence.

Pour l’émerveillement :

– La vue depuis la citadelle de Saint-Tropez – montée de la Citadelle : depuis les remparts, le panorama est imprenable sur le mythique clocher ocre et terre de Sienne, sur le Golfe, sur les pins parasols et sur les toits alentours.

Les Jardins de Méditerranées, Domaine du Rayol : si le site, sur une corniche qui surplombe une série de petites criques, est exceptionnel, son aménagement l’est davantage encore. Vous trouverez ici un échantillon de tous les jardins du monde, une promenade au coeur d’une végétation luxuriante, des points de vue de carte postale et une tranquillité rare. Préférez le printemps.

Pour les souvenirs :

Marinette – rue George Clemenceau, plusieurs boutiques : je suis une inconditionnelle et ne conçois pas une escale sur la côte varoise sans un passage chez Marinette. Pour les tissus – sublimes, pour les arts de la table, pour les magnifiques objets de décoration, pour les serviettes de hammam, pour les boutis, pour les bougies parfumées, pour la mise en scène des vitrines… Impossible de ressortir les mains vides. Impossible également de ne pas se projeter dans un intérieur émaillé d’objets glanés ici.

Rondini – rue Georges Clemenceau, Saint-Tropez : il n’y a pas à tergiverser, les créateurs de la sandale tropéziennes, c’est cette vénérable maison. Ici, vos sandales sont faites sur mesure – il vous suffira de choisir un modèle, un cuir et de tendre un pied pour que les lanières s’y ajustent parfaitement. (de 140 à 200€ la paire, increvable)

Les Bibis du Midi – montée de l’Ecureuil, Place de l’Eglise, Bormes-les-Mimosas : l’atelier d’une modiste qui confectionne pour vous des chapeaux sur mesure ou des bijoux de tête. Les créations sont d’une élégance indéniables, du panama indémodable dont vous choisirez la nuance de la paille, la large et la couleur du ruban, au couvre-chef plus original…

(To be continued)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *